• L’ARTISTE …





    L’artiste se fond avec son piano

    De blanches et de noires il balaye le temps

    Graduellement fait fredonner les flots

    Guidant paquebot flamboyant

    En d’autres univers

    Vagues et vents mêlés dans unique tempo

    Exhortent amoureux à câlins enlacements

    Et susurrements de nobles et tendres mots

    Se promettant tels véritables amants

    Qu’au grand jamais il n’y aura revers

    Engagent alors prodigieux flamenco

    Où corps et âmes truculents

    Tanguent tels matelots

    Sur un navire chavirant

    Vers les portes enflammées des enfers

    Quand délicatement point discret halo

    D'un rai timoré bienveillant

    Traversant discrètement le hublot

    Venant mourir sur les soupirants

    Parachevant leur tout premier concert …



  • MELODIE A L’ITALIENNE …





    Qu’il y a-t-il de plus tendre

    Qu’une mélodie italienne

    Elle tourne les têtes telle une éolienne

    Et l’atmosphère elle vient détendre

    Les cœurs soudain palpitent

    Les corps se confondent en une danse

    Puis les ardeurs amoureuses crépitent

    Les blessures sentimentales elle panse

    L’amour devient maladie

    Les mots doux se disent à voix basse

    Le sang bouillonnant sitôt s’irradie

    Gémissements vibrent comme contrebasse

    Elle amène au ravissement

    Lorsque chaque être se sent mourir

    Dans un ultime glissement

    Quand la semence vient s’enfouir …






  • JR EST REVENU…





    Les jeux étaient faits

    Nul besoin ni semblant d’élire

    Les autres cardinaux étaient déjà défaits

    Le contraire eut été du délire


    Dans ce vaste Dallas curie

    JR au galop est revenu

    Diriger la plus grande écurie

    Qu’est donc le progressiste devenu


    "Palace" Saint Pierre ce soir appartient aux curieux

    Tant d’infidèles soi-disant aux rangs des fidèles

    Aux airs pas tellement glorieux

    Pour apercevoir ce tout nouveau vieux modèle


    Il y aura encore moins de convaincus

    Durant le pontificat à venir

    Le conservatisme les aura vaincus

    Que va demain l’église devenir


    Pauvre Jean-Paul premier le très, le véritable Saint des Saints

    Qui n’a pu compter que jusqu’à trente-trois jours

    Dans cette église rustique aux très vils desseins

    Il ne faut avoir peur de le dire, le pouvoir est affaire de vautours …






    PUIS-JE MON DIEU, EN TOUTE HUMILITE ME TROMPER …

  • PRINCESSE …





    J’ai rêvé d’une princesse

    Adorable fillette

    Qui dans ma tête sans cesse

    Brillait comme une paillette


    Elle était si gracieuse

    Libérant grande risette

    Un petit rien malicieuse

    Dessous ses petites frisettes


    Mais en réalité

    Elle n’est jamais venue

    Faute à la fatalité

    Toujours cette malvenue


    Mais peut-être que demain

    Une heureuse naissance

    Viendra me tendre la main

    Merci mes fils, ma descendance ...


  • L’AU-DELA …





    Dans ce paradis de lumière

    Lorsque ton jour viendra

    Te sera offerte une chaumière

    Qui à tout jamais t’appartiendra


    Sur ce lopin de firmament

    Où il fait si bon s’éterniser

    Point besoin de testament

    Non plus de moderniser


    L’au-delà, de couleurs variera

    Les mutations naturellement surgiront

    Nul brin d’herbe ne s’avariera

    Les roses sans cesse rougiront


    Devant ton bonheur rayonnant

    De ne plus connaître la moindre souffrance

    Chacun de tes moments te sera étonnant

    De savoir que là, rien n’est intolérance …


  • NATURE VERDOYANTE …





    Verdoyante nature

    Saule se mirant dans l’eau

    Posant sa signature

    Saluant le bouleau


    Elégamment courbé sous le vent

    Répondant poliment

    Plus loin sous le auvent

    Enfants dessinant joliment


    Ce site infiniment céleste

    Où des ides séduisants

    Ondoient sans conteste

    Entre nénuphars luisants …

  • COQUETTERIE DE JADIS …





    Coquetterie d’un temps passé

    Période de toute simplicité

    Le miroitier s’est surpassé

    Je l’ai bien remercié et même félicité


    De m’avoir faite si belle

    Je ne suis plus de glace

    Et encore moins rebelle

    Car mon sang se déglace …


  • LUMINESCENCE …





    Songe où lentement tu t’avances

    Vêtue d’une robe transparente et scintillante

    Sur moi tu exerces mouvance

    Tant mon allégresse est frétillante


    A ton doigt je glisse bague bleuâtre

    Qui scelle à jamais notre union

    Atmosphère idolâtre

    Agglutine nos corps en parfaite communion …



  • PAIN DE DEMAIN …





    Enjolivés par un éblouissant soleil et un léger vent

    Les blés ondulaient comme les vagues de la mer

    Les oiseaux des campagnes esquissant chant fervent

    Egayaient le ciel azuréen en ce jour non amer


    Puis quand viendra le temps de la fenaison

    Les épis déjà humeront le bon pain journalier

    Pour l’été ce sera le moment de la déclinaison

    Mais chacun se devra de remercier son céréalier …