• BIENVENUE NOA …





    Ce dimanche immense joie

    Bienvenue à toi Noa

    Né dans la matinée

    Une belle destinée


    S’ouvre rien que pour toi

    Nous tous avons la foi

    Pour t’aimer, te choyer

    Quelque soit le foyer


    Où l’on t’accueillera

    On te régalera

    De tout ce don d’amour

    Qui fera tes beaux jours


    Que la vie te soit belle

    Que vogue ta nacelle

    Parmi les plus beaux cieux

    Aux bonheurs spacieux


    L’enchantement de tes parents

    Est tellement apparent

    Te voilà point de mire

    Rien que pour un sourire …


  • VAGUE A L’ÂME …





    Et de vagues de mer

    Et de mers de vagues

    Quand je divague amer

    Comme la mer je zigzague


    Je ne suis point le brave

    Dire que je ne brave point

    Dommage pour le faible

    Faible je cause dommages


    Car j’ai le cœur en brise

    Pour ce je brise un cœur

    J’aime lui faire l’âme triste

    Car triste je suis infâme


    Et Dieu de me condamner

    Con damné je n’implore Dieu

    Car je ne crois en lui

    Et de lui je ne croîs …


  • DE L’AUTRE CÔTE …





    Charmante bourgade à fleur de mer

    Soupçon d’un paradis sur terre

    Ô tant ton peuple est accueillant

    Chaque visage si pétillant


    Pourquoi n’y a-t-il donc que des enfants

    Et des jeunes gens de moins de vingt ans

    Garçons et filles à beauté égale

    Paysage inconnu duquel je me régale


    Mais il me semble que des regards

    De m’accueillir se font fêtards

    Ils m’évoquent ma tendre jeunesse

    Puis même aussi leur dernière messe


    En conséquence je ne souffre plus

    Du cancer qui m’avait reclus

    J’ai donc quitté le dernier port

    Vient de sonner l’heure de ma mort


    Et celle de ma résurrection

    Dont je ne fais certes objection

    Je vous retrouve papa, maman

    Et tous ces gens que j’aimais tant


    Bizarre autant mes vieux ennemis

    M’embrassent tel leur meilleur ami

    Un jour viendra aussi votre tour

    De ressentir autant d’amour


    Ne pleurez pas ceux que je quitte

    Car ici de tout mal on est quitte

    J’entame la vie éternelle

    Celle qui n’est donc point charnelle …