• ENFANTS SANS REPERES …





    Enfants prospectant leurs repères

    Moindre tare, mère ou père

    Ou peut-être les deux

    Amenuiser le feu


    De marbrés sons de cloches

    Qui nos jeunes cœurs écorchent

    Et en nos pensées sèment

    Qu’encore plus on les aime


    Malgré la déchirure

    En notre âme vile blessure

    De savoir mère en peine

    Mimant femme sereine


    Qui ne dénigre papa

    Camouflant le trépas

    Qui coule dans ses veines

    Et que pour nous elle freine


    Mais quand une autre femme

    Provoque en nous le drame

    Papa concubinage

    Notre âme déménage


    Puis le temps nous apaise

    Moins abrupte la falaise

    On rentre dans le rang

    Absolvant nos parents…


  • LA FIN, MAIS NON LA FIN …





    Que de belles promesses

    Durant l’amour jeunesse

    Puis les années passant

    Le couple se lassant


    Lézarde son écorce

    Jusqu’au jour du divorce

    Qui brise la famille

    Transperce les cœurs d’aiguilles


    Maman désemparée

    Se noie dans la marée

    De ses larmes qui abondent

    En ces moments immondes


    Quand sentant ses enfants

    Ramant dans l’océan

    Elle les étreint d’amour

    Pour que naissent des jours


    Sous de nouveaux soleils

    A chacun des réveils

    Malgré la déchirure

    Elle se forge moulure


    Car elle se veut battante

    Plus que jamais aimante

    Pour son fils, sa fille

    Ses étoiles qui brillent


    En son âme maternelle

    Flottant comme nacelle

    Sous une flamme ardente

    Du vent qui l’oriente


    Il n’y aura plus d’homme

    Mais ce sera tout comme

    Rejetant la vie amère

    Pour tant fière d'être mère…