• REMPART DES HLM …





    Pourquoi tu chiales la meuf

    Dans ta cité de merde

    Sur ta joue pousse un œuf

    A cause de coups qui s’perdent


    Entends ton père qui beugle

    Vingtième du HLM

    Des coups de hache dans l’meuble

    Vois comme ta mère le sème


    Faut dire qu’il boit ton vieux

    Pour oublier l’chômage

    Traite les riches d’odieux

    Tant ses tripes hurlent de rage


    Bah t’en fais pas ma poule

    J’m’en vais t’filer un joint

    Avec ça on roucoule

    On vole en cieux lointains


    Puis quand viendra la nuit

    On s’mêlera à notre clique

    Pour un non pour un oui

    On rameut'ra les flics


    Foutant l’feu aux poubelles

    Ou cassant des bagnoles

    Piquant l’sac des p’tites vieilles

    En sirotant d’la gnôle


    J’te jure moi le négro

    T’emmènerai dans ma case

    Ce n’est point mon nez gros

    Qui t’foutras en extase


    Et puis quand dans neuf mois

    Tu te retrouv’ras mère

    D’un p’tit lait chocolat

    T’imploreras ton père


    D’accueillir ce bâtard

    Tour de la vile misère

    L’élèv’ra en connard

    Pour qu’encore geigne sa mère


    Déjà vieille soularde

    Racolant la basse classe

    Pour là dans sa mansarde

    Mander les sous d’ses passes


    Quand tu né en cité

    D’où tu ne peux sortir

    Béton férocité

    Toute ta vie t'fras vomir …


  • BELLE …





    Belle,

    Bien plus encore que mille merveilles

    T’enflammes mon cœur, t’es mon soleil

    Nulle autre femme ne m’semble pareille


    Unique,

    Quand ton regard se pose magique

    Ma vue s’élude en bleu mythique

    Et toute mon âme mute féérique


    Exquise,

    Pour toi je briserais toute banquise

    Vrombirais cloches des églises

    Pour qu’à moi tu sois toute acquise


    Câline,

    L’homme que tu aimes tu le fascines

    Fidélité si haut culmine

    Que par respect, serein j’m’incline …


  • SEUL… LE PEUPLE PEUT ENCORE …





    Députés racistes purs flamingants

    Ironisant envers francophones quittant le parlement

    Autres représentants dits démocrates flamands

    En parfait accord avec ces rats inquiétants


    Votant quasi unanimement le début de la fin

    De la Belgique par leurs vils desseins

    Oubliant une Wallonie ne les ayant laissé crever de faim

    Du temps d’industries florissantes les accueillant si bien


    Inélégantes prestations médiatiques de nos représentants wallons

    Se becquetant et ergotant comme piètres coqs de bas échelon

    Mettant à mal l’unisson, face au nord, dressant en nous narguant… son roi lion

    Enterrant à nouveau nos morts pour la PATRIE décimés en vain au front


    Tous, politiciens de bas étage, cours de civisme vous avez bien besoin

    D’un peuple qui ne demandait rien, vous brisez cruellement le destin

    Seul importe votre arrivisme et non le bien être des citoyens

    De la côte aux Ardennes, piteux gamins, vous ne méritez que le coin


    Classes moyennes et petites gens sortez donc de votre léthargie

    Face à cette vie chère ô tant par eux voulue pour briser toutes vos énergies

    Car vis-à-vis des gens de pouvoir, aujourd’hui… vous n’êtes plus que gabegie

    Flamands remémorez-vous l’Yser, Wallons souvenez-vous Bastogne, là où s’érigea Belgique magie …


  • L’AMOUR …





    Quand le mélodieux chant des étoiles

    Se confond aux délectations de ton corps

    Et qu'effluves d’amour tu me dévoiles

    Je combats jusqu’à ce que j’atteigne la mort


    Mille violons meuvent notre chorégraphie

    De pas de deux en vagues océanes

    Je n’en puis plus, tu me défies

    Tant de tes gestes mon âme tu profanes


    Lorsque de ru tu jaillis en cascade

    Et que tu me supplies de baigner encore en tes eaux

    Je repousse au plus loin la tornade

    Pour ouïr la supplique de tes tendres mots


    Alors que tes soupirs s’accordent à l’écho

    Tu m’invites d’un regard à t’offrir ma semence

    Comme l’ouragan mes gerbes brûlantes surgissent illico

    Puis s’essoufflent nos cadences pour infini baiser silence …