• SE MEURT L’AMOUR …





    L’amour au fil du temps

    Lentement découd les ans

    Tout comme les feuilles d’automne

    S’envole car monotone


    Autant les cœurs palpitent

    A coups de dynamite

    Se meurent je t’aime d’antan

    De ce lointain printemps


    Divergences de vue

    Sans nul arrêt le tue

    Les murs de la maison

    Ricochent les déraisons


    Une mère qui ne voit clair

    Que par les fruits d’sa chair

    Sans céder un maillon

    A l’homme trublion


    Tambourinent les reproches

    Plus durs que quelque roche

    L’amour existe-t-il

    Ainsi, ainsi soit-il