• L’ESPOIR …





    M’opprime ce silence

    Car tant je t’espérais

    Mais le cœur en faïence

    Un pas je n’oserais


    Peur d’à jamais te perdre

    Toi que je ne connais

    Que par sublimes lettres

    Qu’hier tu m’envoyais


    Un rendez-vous manqué

    Là-bas près du manège

    Manque de temps invoqué

    Puis cinq janvier de neige


    Seconde non-rencontre

    Que j’en perds toute prose

    Dois-je te paraître monstre

    Empiétant toutes roses


    Plus encore mon cœur saigne

    Car en moi les non-dits

    Dans mon âme noire se baignent

    Des dimanches aux samedis


    Deux adjectifs de toi

    Tels mon doux et tendre

    Me mettraient en émoi

    Raviveraient mes cendres


    Enflammeraient l’amour

    Qu’encore plus je te voue

    Attendant ton retour

    Mille fois je te l’avoue


  • SAINT VAL EN THYM …





    b>
    Des souvenirs d’antan

    Revinrent inconsciemment

    Les quatorze févriers

    Des derniers ans passés


    Et bien plus aujourd’hui

    De beaux jours devenus nuits

    M’éveillant le matin

    De la Saint Valentin


    Je crois me rappeler

    D’un verbe de toute beauté

    Se conjuguant je t’aime

    Bouillonnant en nos veines


    Mais il n’existe plus

    Dans ce Larousse foutu

    Aux pages illisibles

    Nous rendant insensibles


    D’abord y a les enfants

    Puis les petits-enfants

    Pour qui nos sentiments

    Importent exclusivement


    Pas grave pour moi grand-mère

    Tes non-dits m’rendent pépère

    Et point b’soin d’adultère

    J’suis en vente viagère …