• LUMIERE DE VIE…





    Paupières closes, volets en rade

    Mer asphaltée, cieux ténébreux

    Totale nécrose, sombres balades

    Face ravalée, regard creux


    La canne blanche, pour guide un chien

    Des pas comptés, segments tracés

    Raide telle une planche, braille en lien

    L’air disjoncté, comme effacé


    Il discerne, différencie

    Bien mieux la vie, ô oui la vie

    En son interne, il apprécie

    Tout de sa vie, lumière de vie …


  • UN TRAIN LOINTAIN …





    Compartiment d’un train

    Une fille aux cheveux noirs

    Vif sentiment m’étreint

    Pour elle mon cœur va choir


    Mon regard ne la quitte

    De peur que prochaine gare

    L’amène à sa limite

    Et trop vite nous sépare


    Relevant les paupières

    Le bleu ciel de ses yeux

    M’atteint et me foudroie

    Telle une balle au feu


    Timidement elle me guette

    Attend un mot de moi

    Ma voix reste muette

    Trop fort bat mon émoi


    Coup de foudre réciproque

    Naissance d’un fol amour

    Respirations suffoquent

    La station se fait jour


    La voilà sur le quai

    Nos sourires percent vitre

    La reverrai-je jamais

    Pour écrire mille chapitres


    De deux vies fusionnées

    De fougues pleines d’entrains

    Issues d’une destinée

    Semblable à doux refrain


    Moment inoubliable

    D’un temps bien trop distant

    Encore insoutenable

    Existait-elle vraiment …


  • AMOUR DE TEMPS …





    Amour de notre jeune temps

    Scintille plus que mille diamants

    Que dire de la nuit miel de lune

    Sur doux duvet de plumes


    Les années passant

    Nous offrent nos enfants

    Pour nous quel enchantement

    Leurs bobines sur nos épaules posément


    Nous ne voyons le temps passer

    Que les voilà déjà mariés

    Mais en fait nous connaissons nous

    Quarante ans de mariage comme c’est fou


    Amour de nos soixante printemps

    Nous revoilà seuls maintenant

    Et puis soudain l’amour reprend

    Cœurs palpitant intensément


    Je te vois belle, j’étincelle

    Si l’on prenait une coupelle

    Là tiens dans notre tendre bulle

    Où luisent poussières miel de lune…