• RIEN QUE POUR TON BONHEUR …

    r805xf1c.gif

    Un bonjour, une phrase

    Où tu narrais tes peines

    Et plus souvent ta foi

    En cet homme qui tant t’aime

     

    A lire mes écrits

    Tu percevais mon moi

    Soulignais mes dépits

    Repérais mes émois

     

    Toi la femme sans visage

    Mais tant amie sincère

    Mes virtuelles images

    Aujourd’hui je les perds

     

    Je ne partage plus

    Tel un loup solitaire

    Je m’en vais éperdu

    Ruinant moindres repères

     

    D’une fidélité

    Acquise à tout jamais

    Sans maire ni curé

    Mais jamais bafouée

     

    Sache tendrement ma Belle

    Amie, sœur, confidente

    Que tu resteras celle

    Ô la plus rayonnante

     

    Oui va, fais ton chemin

    Sans peur, hors contraintes

    Pour qu’à tous tes demain

    Te protègent les saintes …

  • PARTAGE …

    amour.jpg

    Tel un sable mouvant

    Tu m’enlises en ton corps

    De ta bouche savamment

    Ma langue tu dévores

     

    M’en venant, m’en allant

    Au plus profond de toi

    Je te sens là perlant

    M’offrant tous tes émois

     

    Je t’aime oh oui je t’aime

    Te dis-je d’une voix tendre

    Nos gestes se font poèmes

    Tant l’amour va intense

     

    Et là je ne peux plus

    Je vais en toi grêlant

    Tant et tant éperdu

    De par tes gémissements

     

    L’un et l’autre repus

    Encore nous enlaçons

    Oui au plus exigu

    Nos êtres à l’unisson …

  • DESIRS …

     



    Désirer t’enflammer
    Tel le feu des volcans
    De commun survoler
    La cime du Mont Blanc

    Au plus loin pénétrer
    Le fond des océans
    Oh oui rien que t’aimer
    En franchissant les temps

    Savourer tout de toi
    Comme en un rêve fou
    Nous bercer dans l’émoi
    Idolâtrer vaudou

    Et de plaisir mourir
    En ta source radieuse
    Qui me porte au délire
    De toi ma fée précieuse …

  • CHAPITRES …





    Chapitre premier

    Seize ans

    Un rêve fou à lier

    Amour naissant comme un printemps


    J’emprunte sans cesse le même chemin

    Pour la croiser ce jour, voire même demain

    Le cœur battant chamade

    Je vais, je viens tel un nomade


    Là, elle quitte sa demeure

    Tant folle d’elle mon âme se meurt

    Elle me regarde, rougit un peu

    Voit mon émoi, mes joues en feu


    Chapitre second

    Seize heures

    Je fonds, oh oui je fonds

    De la plus tendre des douleurs


    La foudre s’abat, je la protège

    Sous le grand porche, rue du Manège

    Lui prends la main, son cœur crépite

    Soudain le mien, lui réédite


    Le temps s’arrête, le temps s’éteint

    Sur nos couplets, notre seul refrain

    Composition d’une promesse

    D’amour sagesse, d’amour caresse


    Chapitre trois

    Seize mois

    Passés et puis l’effroi

    Ta mère apprend, me montre du doigt


    Moi le manant, le fils de rien

    Tu cours vers moi, elle te retient

    Puis te menace de pensionnat

    Celui des sœurs qui fait dégât


    Tu n’oses rien dire, je me retire

    Et puis soudain tout se déchire

    L’amour sincère, lui seul se perd

    Aux quatre coins de notre terre


    Chapitre quatre

    Le temps

    Long, très long désastre

    Interminable et vil vent …