27/10/2011

AMANTS

amants.jpg

 

Après temps caché d’amour

Amants des au revoir

Comptent déjà les jours

Heures à passer dans le noir 

 

Tel l’aveugle qui ne voit

L’infini de l’océan

Quand autre rencontre viendra

Même si demain, long sera le temps 

 

Puis l’un des téléphones sonnera

Prudent pour éviter tout dégât

L’un d’eux encore se cachera

Et de je t’aime chaque cœur battra 

 

Pour retomber de suite dans la mélancolie

Du manque de l’amour de sa vie

Peut-être culpabilisera-t-il pour sa famille

Mari, épouse, garçon et fille 

 

Soirées, week-end n’en finiront

Vives sensations de dépression

Tout à l’inverse de l’unisson

De l’amour vécu à foison 

 

Quand deux heures sollicitées au patron

Nous emmèneront vers la chambre du péché

A deux là nous revivrons

De tant de suaves baisers en ce court temps passé 

 

Faut dire que le plus fol amour

Vit dans le cœur des amants

Seuls eux comptent et recomptent les jours

Quand se brise le fil amant

 

22:27 Écrit par L'esthète | Lien permanent | Commentaires (41)

15/10/2011

PAIX …

paix.jpg

 

De par les vents

Emportant les amants

PAIX …

Pour que les armes

Taisent leur vacarme

PAIX …

 

Et que se meurent

Les moindres pleurs

PAIX …

Des enfants de la faim

Pour de neufs demain

PAIX …

Que naisse l’ère du dialogue

Eglises, mosquées, synagogues

PAIX …

D’en revenir à l’état de raison

Dépourvu de mondialisation

PAIX …

Que tous les gars du monde

Enfin fassent la ronde

PAIX …

En ne cessant de conjuguer

Le si beau verbe AIMER

PAIX …

Au présent, imparfait

Temps passé

PAIX …

Apéro, plat, dessert

Et bon vin de la terre

PAIX …

Plus jamais pollués

A votre bonne santé

PAIX …

Puis surtout souriez

Aux gens du monde entier

PAIX …

21:35 Écrit par L'esthète | Lien permanent | Commentaires (50)

06/10/2011

UN ETE BLEU PROVENCE ...

provence.jpg

 

Et puis mon cœur balance

Bleu Méditerranée

Aux coteaux de Provence

Saison trop vite fanée

 

Ignorant ta présence

Tant proche, inaccessible

Tout de ton existence

De ton regard paisible

 

Quand le vin me grisait

Tout comme l’air marin

Je ne te devinais

Là sur le sable fin

 

Caressant de ta main

Ensoleillés grains d’or

Symboles de nos demain

Pour nos cœurs en essor

 

D’un doux amour naissant

Tracé sur parchemin

Aux doux mots diamants

Rosée de nos matins

 

Qu’importe mille lieues

N’existent les distances

Vite brûlons les feux

Vivons superbe romance

09:08 Écrit par L'esthète | Lien permanent | Commentaires (50)