• SOUVIENS-TOI …

    saule.jpg

     

    Souviens-toi, nous rayonnions de bonheur en cette après-midi estivale

     

    Main dans la main, nous déambulions au bord du fleuve où se miraient les saules

     

    Août véhiculait notre passion, nos cœurs se laissaient emporter par ce vent austral

     

    Souffle rarissime en nos régions, caressant nos dénudées épaules

     

     

     

    En ces parages tant romantiques, ô je te susurrais vocables empreints de délicatesse

     

    Ta jupe valsait au vent, tes yeux brillaient tels diamants au comble de la félicité

     

    L’herbage ondulait comme les vagues de la mer, un paysage tout en ivresse

     

    Comment ne point enfin succomber quand pour la première fois, tu m’offris ta douce féminité

     

     

     

    Aujourd’hui les années se scrutent à travers temps, d’enchantements en doux délices

     

    Mari et femme, fous amants, une victoire d’amour nos vies

     

    Soudain l’envie me vient de t’emmener le long de l’eau, oh toi et moi tels des novices

     

    Sens ce vent chaud tant rarissime, vois ta jupe valser, trompons le temps, renaissons donc chérie …

     

  • LES AMANTS AUX HEURES LIBRES …

    amants.jpg

     

    Rendez-vous dans une heure

    Brillent nos joues de bonheur

    Chacun prend sa voiture

    S’en va vers l’aventure

     

     D’une balade en forêt

    De la chambre du secret

    D’une boisson en commun

    Là où l’on ne fait plus qu’un

     

     Sourires fous dès l’approche

    Tendres bras qui s’accrochent

    Des je t’aime à foison

    Jusqu’à la déraison

     

     Renait l’adolescence

    Plus forte d’amour démence

    Bon Dieu arrête le temps

    Rien que pour nous amants

     

     Car nos cœurs palpitent

    De ce péché magique

    Au tempo des baisers

    Ô combien passionnés

     

     Quand nos doux yeux miroirs

    Réinventent l’espoir

    Bien oui qu’un jour peut-être

    Nous vivrons tête à tête

     

    Le reste de nos vies

    Sans cacher nos envies

    D’à jamais nous aimer

    En toute intensité

     

     De je t’aime, tu m’aimes

    En partage d’haleines

    Ô qui mène au délire

    Jusqu’ultimes soupirs

     

     Soupirs de délices

    Délices du péché

    Péché ô sans malice

    Sans malice ADORER …